[CINE] The Devil Inside.

Publié le par cinenoob

Devil Inside

 

"Depuis que je suis au sein de l'église  j'ai plus de fois rencontré le Diable que Dieu. Et ce n'est pas normal..."

 

En 1989, Maria Rossi appelle les services de police pour leur dire qu'elle vient de brutalement assassiner trois personnes, en l'occurrence deux prêtres et une nonne. Maria est alors enfermée dans un hôpital psychiatrique en Italie, non loin du vatican. Vingt ans plus tard, la fille de Maria, Isabella veut savoir ce qui s'est réellement passé ce soir de 1989. Pour elle sa mère a été possédée par le Démon, elle ne croit pas à la thèse de la démence. Arrivée en Italie avec son ami Michael, Isabella commence son investigation et fait la connaissance de deux prêtres : Ben et David a qui elle demande de s'assurer que sa mère soit bien possédée pour pouvoir lui venir en aide. Cependant l'Eglise est claire à ce sujet tout exorcisme doit être menée avec son aval et sous de multiples conditions. L'Eglise refuse de rouvrir le dossier de Maria Rossi. C'est ainsi que notre quatuor s'engage dans des opérations dont le contrôle va vite leur échapper...

 

The Devil Inside : le diable en moi, ou encore le démon à l'intérieur, le film porte bien son nom et cela pour de multiples raisons que vous découvrirez  par vous mêmes (pas de spoilers pour le moment). Les films sur la possession sont nombreux mais suivent tous un schéma identique : une narration basée sur le clivage science/religion. Je m'explique, pour pouvoir pratiquer un exorcisme on doit s'assurer que ledit possédé n'est pas dément et pour cela plusieurs paramètres doivent concorder : parler plusieurs langues, connaissances de faits inconnus...

Ce film là ne déroge pas à la règle. En effet le but d'une telle narration est de créer le doute dans l'esprit du téléspectateur. Mais dans ce cas, on sait avec évidence que Maria est possédée alors quel est l'intérêt du film ? Son format, tourner à la façon d'un docu-fiction pour encore plus de réalisme. C'est plutôt bien foutue et cela en partie grâve au rythme du film, oscillant entre les questions qu'Isabella se pose, les réponses et explications des prêtres et la réalité. On sursaute quelques fois, mais le film n'apporte rien de spécialement nouveau dans le genre, alors qu'il aurait pu.

 

Comme je l'ai dit plus haut le film est basé sur le clivage science/religion, donc rien de bien nouveau. En revanche un élément intéressant, on apprend que les deux prêtres, pratiquent des exorcismes sans l'accord de l'Eglise, jugeant que certains possédés sont en réalité des fous alors que Ben et David sont persuadés du contraire. CA, c'est une piste qui aurait pu être exploité un plus, quelque chose de nouveau dans le genre. Mais là où on aurait pu avoir l'ajout d'un élément narratif vraiment nouveau, j'entends par là développer la réponse qu'Isabella se pose "pourquoi a-t-on enfermé ma mère en Italie, près du Vatican, au lieu des USA ?" (là où les meurtres de 1989 ont eu lieu). 

 

Y avait tellement d'éléments, de questions à poser qui se retrouvent avec des réponses, à mon goût pas satisfaisantes. Mais on reste bien dans le thème du film, le démon à l'intérieur. Le film est plutôt bien réalisé et la prestation de Suzan Crowley (Maria Rossi) est impressionnante. Mais la linéarité du scénario et son aspect prévisible font que le film est bon mais sans plus alors que des éléments vraiment intéressant auraient pu être développés. 

Mais ne vous inquiétez pas, les plus sensibles d'entre vous auront peur.

Publié dans Ciné

Commenter cet article